1 Décembre 2014

Montréal, le 1er décembre 2014 – L’Association des commissions scolaires anglophones du Québec (ACSAQ)a fait parvenir une lettre au premier ministre Philippe Couillard à la suite de la consultation tenue auprès des neuf commissions scolaires membres concernant la proposition de fusion des Commissions scolaires New Frontiers, Riverside et Eastern Townships. La lettre de l’ACSAQ, sous la signature du président David C. D’Aoust, demande des réponses concernant les coûts, les économies prévues et, surtout, comment la fusion proposée améliorerait le taux de réussite scolaire et le soutien en classe.

Dans la proposition que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport met de l’avant, le territoire de la nouvelle commission scolaire s’étendrait de la frontière de l’Ontario à la frontière près de l’État du Maine et du Nouveau-Brunswick, sans tenir compte des communautés uniques établies depuis longtemps de la Vallée de la Châteauguay et des Cantons‑de‑l’Est.

« Chacune de ces trois commissions scolaires dessert une région distincte de la communauté anglophone et il n’existe aucun lien naturel entre ces trois régions de la province », de dire Monsieur D’Aoust. « Nous sommes tous très fiers de nos accomplissements avec très peu de ressources. Nos élèves connaissent des taux de réussite élevés et ces trois commissions scolaires, comme toutes les autres commissions scolaires anglophones, maintiennent des liens étroits avec la communauté. »

Nous avons aussi fait parvenir une copie de la lettre adressée au premier ministre Couillard au ministre de l’Éducation Yves Bolduc et au président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

L’ACSAQ est la voix des neuf commissions scolaires anglophones du Québec représentant quelque 100 000 élèves dans les secteurs des jeunes, des adultes et de la formation professionnelle.